Grossesse : 10 leçons que je retiens

Estelle est venue me demander de faire un article à ce sujet alors le voici : les 10 leçons que je retiens de ma grossesse.

1. Le Yoga Prénatal a contribué à sauver mes nuits

On peut commencer assez rapidement après le début de la grossesse et je le conseille vivement. Dès le 3ème mois, ça peut beaucoup aider. Même si le ventre prend sa place doucement, cela a des conséquences rapides sur la posture et le maintien du dos. Quand j’avais le dos tendu la nuit, quelques mouvements du bassin vus en yoga me permettaient de me rendormir rapidement.

2. Éviter les talons

Même les petits talons peuvent aggraver les tensions dans les lombaires liées au déplacement du centre de gravité. On a encore la forme, le ventre n’est pas trop visible alors on voudrait en profiter encore un peu et rester féminine. Mais j’aurais mieux fait de remettre toutes les chaussures à talons au placard dès le début.

3. Prendre RDV avec la sage-femme dès le 4ème mois

Je suis du genre à me poser milles questions et à vouloir connaître toutes les options que j’ai. Cependant j’ai tardé à prendre ce premier RDV parce que je n’avais pas encore choisi la maternité dans laquelle je voulais accoucher et je voulais faire les séances avec les sages-femmes de la maternité. Je voulais tester l’haptonomie mais je n’ai pas pu. On peut commencer au 4ème mois, après le 7ème c’est trop tard.

4. Faire une retraite bouddhiste est une bonne préparation

J’ai eu l’étrange idée de faire une courte retraite intensive dans un monastère bouddhiste lors de mon 5ème mois de grossesse. Il n’est pas nécessaire d’être enceinte pour que ce soit une bonne préparation. Avec 4h de méditation de type zazen par jour, j’ai pu m’entraîner à revenir dans la pleine conscience et me concentrer sur ma respiration. L’exercice se révèle utile quand il s’agit de gérer les contractions ou toutes autres désagréments physiques en cours de grossesse.

5. Continuer à bouger ! L’effort fractionné et les petits pas

Il est salutaire de continuer à pratiquer une activité physique, que ce soit la marche, la natation ou le vélo. Moins vous en faites et moins vous avez d’énergie. Bien sûr, il faut s’écouter et y aller à son rythme. Dés le début, imposez-vous et réclamez les pauses dont vous avez besoin. Le ventre n’étant pas très visible, votre entourage peut avoir des difficultés à le comprendre et à l’intégrer mais insistez avec les pauses. Il ne s’agit pas de s’asseoir 30 secondes mais bien quelques minutes. De même, j’ai remarqué que de petits pas étaient plus confortable pour le dos et le ventre, surtout en fin de grossesse.

6. Faites participer le papa

Je suis consciente que j’ai un chouette compagnon et je ne sais pas si tous les papas acceptent de participer autant. Mon homme est venu à presque toutes les consultations de gynécologie parce que je trouvais important qu’il entende aussi ce que le médecin avait à dire. Et puis on attend tellement en salle d’attente du gynécologue, c’est chouette d’être deux et de pouvoir papoter :p . Il est venu m’aider à choisir des vêtements grossesse et il me massait régulièrement mes lombaires endoloris. La liste est longue, dans tous les cas c’est très réconfortant d’être vraiment deux à vivre tous ces moments.

7. Stop le soutien gorge et le pyjama

Le port du soutien gorge me provoquait des démangeaisons et de l’inconfort. J’ai donc tout simplement arrêté d’en porter. Pareil pour le pyjama ! J’étais du genre frileuse mais avec la grossesse, je passais de meilleures nuits en étant nue. On se porte bien mieux sans ces pressions sur le ventre et sur les seins. Vive la liberté des seins, des fesses, du ventre, des jambes…

8. Un oreiller supplémentaire

Dès le début, j’ai adopté un oreiller supplémentaire pour dormir. Il m’a permis assez rapidement de caler mon ventre qui s’arrondissait. Il est aussi utile pour placer les bras dans une position détendue sinon j’avais tendance à casser le poignet, ce qui créait des engourdissements désagréables. Certaines utilisent le coussin d’allaitement. Bref, l’idée reste la même.

9. Ne pas se focaliser sur le côté gauche

On m’a répété que la position idéale pour dormir était le côté gauche. Sinon, on risque de comprimer je ne sais plus quelle veine. Bref, au début ça me stressait un peu pour finalement me rendre compte que ça n’avait pas beaucoup d’importance. Personnellement, je dors mieux du côté droit et c’est la position que j’adopte spontanément. On n’est pas toutes foutues pareil manifestement. Je pense qu’il vaut mieux lâcher prise et tester pour trouver la position qui vous convient à vous.

10. Des moments privilégiés avec bébé

Un petit être doué d’une conscience se développe à l’intérieur de vous. J’ai trouvé important de consacrer un moment dans la journée pour n’être qu’avec lui. Je caressais mon ventre pour le faire réagir, je lui parlais, je lui chantais des chansons. C’est l’occasion de faire connaissance avec bébé. J’ai aussi insisté pour que le papa consacre aussi des moments à échanger avec bébé. Mine de rien, ça permet d’un peu mieux le connaître. Je sais quels sont ses moments d’éveils, les sons et les chansons qu’il aime bien. J’ai toujours su comment il était placé dans mon ventre. On peut reconnaître un mouvement de pied, d’une main ou un hoquet. Quelle joie de sentir bébé répondre à vos sollicitations !

Posted in Au quotidien, Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *